Press "Enter" to skip to content

Quand Gaia-X construit des profils xAPI

Last updated on 4 mai 2022

Gaia-X est-il un projet européen qui s’est perdu en chemin ? Du point de vue de FUN, il a surtout permis de rencontrer des acteurs du numérique éducatif avec lesquels débattre sur des sujets techniques de fond, avec l’open source comme vecteur de souveraineté.

Le projet Gaia-X, qui vise à contribuer à une souveraineté européenne, est porté au plus haut niveau du couple franco-allemand. Son avancement a été remis en question, mais il a toutefois poursuivi sa structuration, avec une organisation en data spaces. Pour ce qui concerne le Data Space Education & Skills (DASES), la Direction du numérique pour l’éducation (DNE) du Ministère de l’éducation nationale (MEN) a sollicité l’équipe DATA de FUN pour participer aux discussions techniques, ainsi qu’à d’autres aspects de ce projet (gouvernance et juridique).

Le groupe de travail sur les traces d’apprentissage a bénéficié de l’expertise de différents acteurs, des structures universitaires (Université de Lorraine-INRIA, Université de Haute Alsace,…) mais également des entrepreneurs (Trax LRS) et EdTechs (Inokufu, Tralalere); les débats se sont attachés à dégager un consensus sur les questions de structuration des données et de normalisation de celles-ci, afin de définir un socle commun, fiable, et à l’état de l’art. Il s’agit d’une décision importante puisqu’elle va permettre de concentrer les efforts de développement en partageant un langage commun, et de garantir une interopérabilité des briques logicielles.

Pour ce qui concerne la norme des évènements d’apprentissage, les contributeurs ont convergé vers l’utilisation du standard xAPI, qui s’appuie sur des évènements rédigés dans une grammaire simple “sujet-verbe-complément” (du type : “Sarah a mis en pause la vidéo”). Cette norme validée par les participants, les équipes de recherche du LORIA, spécialisés dans les données d’apprentissage, ont permis de pousser la réflexion vers la constitution de profils xAPI, pour enrichir et normaliser ces données :  cela implique d’identifier et de standardiser des types d’interaction.

Un premier workshop a réuni les acteurs impliqués dans Prometheus-X, qui porte le DASES de Gaia-X, début avril 2022. Il a associé les contributeurs volontaires qui ont pu travailler concrètement sur la détermination des premiers profils xAPI utiles aux acteurs du numérique éducatif. Du point de vue de FUN, l’initiative Gaia-X est donc particulièrement fertile : elle a regroupé les acteurs volontaires dans une logique de dialogue constructif en vue d’un partage des résultats, au travers de publications de recherche et de développements open source. Un contribution modeste mais concrète dans une dynamique collective et vertueuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.